contact@cafs.org.sa

13 Septembre 2015 | Communiqué de Presse

“Mesdames, Messieurs, bonjour,

Avant de commencer, je souhaiterais remercier Son Excellence l’Ambassadeur d’accueillir cette rencontre, ainsi que les journalistes pour leur présence.

Il convient naturellement de mentionner ici que le second Forum d’affaires est organisé par le Ministère du Commerce et de l’Industrie en collaboration avec le Conseil des Chambres saoudien et le Conseil d’Affaires franco-saoudien …

Pour la France, les organisateurs sont le ministère de l’Économie, Business France et Medef international (Mouvement des entreprises de France).

Je voudrais remercier tous ces acteurs pour les efforts qu’ils ont déployés afin de garantir la réussite de ce Forum.

Ainsi que l’a déclaré Son Excellence l’Ambassadeur, il s’agit de la deuxième édition du Forum d’affaires qui se tiendra les 12-13 octobre ; le premier Forum fut organisé au mois d’avril 2013.

Le Forum de 2013 coïncidait avec les ambitions du Royaume en matière de programme d’infrastructures au cours de cette période et la France a joué un rôle important dans ces projets dont je citerai, à titre d’exemple, des lignes d’autobus à Riyad pour les transports publics, la gestion des réseaux hydrauliques dans les principales villes du Royaume ainsi qu’une partie du métro de Riyad et encore bien d’autres améliorations.

Cependant, les axes de notre prochain forum, en plus des thèmes précédents relatifs aux projets énergétiques, reflèteront l’orientation actuelle du Royaume ainsi que sa politique économique en matière de diversification des sources de revenus à travers l’élargissement de la base économique et industrielle, le recours aux technologies modernes et leur implantation, le passage à une économie basée sur la connaissance (Knowledge based Economy), tout en accordant une place importante à la formation et l’enseignement en vue de créer des opportunités d’emploi pour les jeunes saoudiennes et saoudiens, et en s’intéressant également aux petites et moyennes entreprises car elles constituent le fondement du tissu économique.

Je laisse à Mr Romain KERAVAL le soin d’exposer les détails du programme du forum et de rappeler les noms de quelques intervenants des deux parties.

Je souhaite saluer ici les Conseils d’Affaires en général et le Conseil d’Affaires franco-saoudien en particulier, agissant comme le trait d’union entre les milieux d’affaires des deux pays et dont le rôle consiste à :

  • Développer et renforcer les relations entre les milieux d’affaires dans les deux pays et faire connaître les opportunités économiques aux représentants et participants des deux parties.
  • Encourager les exportations et échanges de biens et services et organiser des expositions dans les deux pays
  • Communiquer avec les autorités concernées dans les deux pays afin d’améliorer les conditions de coopération et d’aplanir les obstacles rencontrés par les hommes d’affaires sous toutes leurs formes.

(Je souhaite à ce propos rappeler qu’au cours de la rencontre entre M. le ministre du Commerce le Dr Tawfiq Al-Rabiah et le ministre des Affaires Étrangères français, au mois de juin de l’année dernière en marge des travaux de la commission mixte, son Excellence le Dr Tawfiq a évoqué :

  1. la difficulté d’obtention du visa Schengen pour les hommes d’affaires.
  2. la lenteur de l’examen de la demande du visa Schengen.
  3. la validité du visa Schengen pour les hommes d’affaires.

Le ministre M. Fabius a, le jour même, informé son Excellence l’Ambassadeur de France d’autoriser la délivrance de visas de 5 ans ou pour la durée de validité du passeport et la décision fut immédiatement appliquée).

J’espère que nous ferons, au Royaume, un pas dans cette direction afin de faciliter aux hommes d’affaires français l’obtention de visas pour des visites commerciales d’une durée d’un an ou deux, avec entrées multiples, compte tenu de l’intérêt que cela représente pour le secteur des affaires dans les deux pays :

  • Encourager la mise en place de projets économiques dans les deux pays à travers l’identification des meilleures voies de financement possibles et la mise à disposition des hommes d’affaires intéressés par ces projets d’informations et services ;
  • Œuvrer au règlement à l’amiable des litiges commerciaux susceptibles de survenir entre les hommes d’affaires des deux pays ;
  • S’intéresser aux programmes de formation, de transfert de technologie et savoir-faire.

J’ai un message pour les hommes d’affaires saoudiens : La France est sans aucun doute une destination touristique privilégiée mais nous ne devons pas la considérer uniquement sous cet angle. La France est également un pays industriel développé et ouvert sur notre monde arabe et elle offre des opportunités d’investissement très importantes dont nous pouvons profiter et les transférer au Royaume.

Aux hommes d’affaires et entreprises françaises, mon message est le suivant : le plus grand marché dans la région est le Royaume. Les encouragements proposés par notre gouvernement pour le financement des projets industriels sont les plus importants en comparaison avec les pays voisins. Les taux d’imposition sur les investissements étrangers sont faibles et le plus important est qu’il s’agit d’un pays stable. Evoquer les aspects positifs serait trop long.

Mon conseil à nos amis français, c’est d’être sur le terrain, que leur administration et le siège de leurs sociétés soient proches de leur marché, c’est-à-dire ici au Royaume et non pas gérées à distance (je veux dire à partir de la France ou d’autres administrations régionales hors du Royaume).Il est important qu’ils comprennent la vision prospective du Royaume pour son économie et ses priorités afin que nos rencontres soient fructueuses et bénéfiques pour les deux parties.

Enfin, je souhaite, au nom de tous mes collègues du Conseil d’Affaires franco-saoudien, et en accord avec le nouveau règlement des Conseils d’Affaires, annoncer que le site du Conseil d’Affaires sera lancé au cours du forum et sera : www.cafs.org.sa.

Outre les informations sur le Conseil et sa présentation ainsi que celle de ses membres et de son agenda de travail, nous avons souhaité que ce site contribue à offrir l’occasion aux étudiants saoudiens en France et à ceux qui ont achevé leurs études en France, de poster leurs CV sur le site du Conseil s’ils recherchent un emploi dans une entreprise française au Royaume ou s’ils recherchent un stage d’été dans une entreprise française (étant donné que certaines universités exigent un stage en entreprise dans leur cursus d’études).

Il en est de même pour les conjoints des Français contractuels au Royaume qui sont invités à poster leurs CV sur le site du Conseil s’ils recherchent un emploi.

Le site est actuellement en langue française ; lors de son lancement, il sera édité dans trois langues : arabe, français et anglais.

Je vous prie de m’excuser pour cette longue intervention.

Je vous remercie.”